Les sangliers

Les sangliers

Les sangliers

SOMMAIRE

  1. Généralités
  2. Combien sont-ils?
  3. Les collisions
  4. Combien sont tués?
  5. La réglementation
  6. 3 types de protection

•      Les répulsifs

•      Les clôtures

•      Les clôtures électrifiées

 

  1. Généralités
  • seul grand gibier omnivore de nos régions.
  • capable de développer des stratégie d'adaptation à la pression de chasse,  
  • il peut atteindre 300 kg (moyenne de 100 à 135 kg), Les mâles mesurent 90 à 170 cm de long et les laies ne dépassent pas les 140 cm. hauteur au garrot de 55 à 110 cm.
  • longévité estimée entre 7 et 8 ans du fait de la chasse, autrement jusqu’à 20 ans.

Déplacement

•    il est essentiellement nocturne,sédentaire et attaché à son territoire,

•    il peut parcourir des dizaines de km dans la nuit, son aire vitale va de 100 à 1 000 ha.

•    Animal discret,le sanglier sort le soir et rentre au lever du jour dans sa bauge

•    Les compagnies sont bruyantes, bruit lourd des pas, grognements, cris et soufflements

•    À l'approche de l'homme, il prend généralement la fuite et se montre agile et rapide.

•    Une laie qui sent un danger pour ses marcassins, peut se montrer dangereuse et charger

•    Irrité, un sanglier claque des dents; on dit qu'il « casse la noisette »

Régimealimentaire:

•     omnivore,un sanglier de 60 kg a besoin de 3 kgde végétaux et de champignons

•     et 200 g de nourriture d'origine animale,insectes, larves, rongeurs ou charognes.

•     Ilretourne les prairies ou des pelouses à la recherche de ces larves, vers et insectes.

Reproduction

•     rut demi-novembre à la mi-janvier (activité importante en novembre et décembre).

•     gestationde 114 à 116 jours

•     naissancesde janvier à juin, précoces quand les fruits forestiers sont abondants

•     la laie met bas de 2 à 10marcassins, dépendant du poids initial de la femelle

•     jusqu’àdeux portées dans la même année,  

•     Pour 100 individus adultes, avec un ratio 50mâles et 50 femelles, 80 à 200 marcassins naîtront.

Gestion despopulations

•    animal sédentaire très attaché à son lieu denaissance.

•    La moitié de la population présente en été doit être prélevée à la chasse.

 

2.     Combien sont-ils?

 En France, les populations de sanglier, est estimée à 600 000 / 700 000 têtes, les plus fortes densités sont au Centre, à l'Est et le pourtour méditerranéen. Les causes de l’augmentation des populations sont:

- Population de sangliers en 2014 -

Ø Les chasseurs :

•  La raréfaction du petit gibier provoquée par l’agriculture intensive et le maintien d’une pression de chasse inadaptée a conduit les chasseurs à s’orienter vers le « grand gibier ».

•  Depuis les années 1970, ils ont organisé des actions pour développer les populations de sangliers.

ü  Les lâchers : Durant les années 1980/1990, les chasseurs ont élevé et relâché des dizaines de milliers de sangliers dans la nature. Certains n’ont pas hésité à lâcher des cochongliers, croisement entre un cochon et un sanglier, plus prolifique. En 2009 48% des chasseurs de «grand gibier », ont reconnu que, malgré l’interdiction, des lâchers seraient encore pratiqués.

ü  Les tirs limités et sélectifs : Dans le même temps, les chasseurs ont instauré les plans de chasse, c'est-à-dire des quotas de tirs. Par ailleurs, il était fréquent que soit tirer en priorité les jeunes et les mâles, afin d’assurer une bonne reproduction.

ü  Le prix des actions de chasse : Dans de nombreux départements, en raison du regain d’intérêt pour cette espèce, le prix des actions de chasse était proportionnel à la densité de sangliers présents sur le territoire. Ainsi, les propriétaires étaient incités à favoriser le développement des sangliers.

ü  Le nourrissage et l’agrainage : chaque année, les chasseurs mettent à disposition des sangliers plusieurs milliers de tonnes de maïs, pommes, parfois melons. Selon l’enquête menée par l’ANCGG en 2009, les chasseurs ont classé le nourrissage/agrainage,réalisé par eux-mêmes, comme étant la première cause des fortes densités de sangliers.

Ø  Lesagriculteurs :

•  L’indemnisation des dégâts aux cultures : la mise en place de cette indemnisation a conduit les agriculteurs à accepter la présence de cette espèce.

•  L’augmentation de la culture de maïs : la hausse des surfaces cultivées en maïs en France ces dernières décennies permet aux sangliers de trouver une nourriture abondante, favorise leur survie et leur reproduction.

Ø  Le climat: Des hivers et printemps plus doux provoquent une meilleure survie et l’apparition de populations de sangliers dans des zones là où ils étaient auparavant absents.

 

3.     Les collisions

Une trentaine de personnes perdent la vie chaque année en France des suites d’une collision avec un grand ongulé.

-Densité de sangliers par départements 2014 -

Le coût économique des collisions a été estimé en 2003 à près de 200 millions d’euros,soit 5 fois le montant des dégâts agricoles. En 2003, le nombre de collisionsvéhicules-grande faune a été estimé à près de 23 500.

En 2008 environ 40 000 collisions ont été enregistrées par le Fonds de garantie des assurances obligatoires.

En 1983, la part du sanglier dans le nombre total de collisions était de 11 %, en 2008 elle était de 45 %.

Sachant que les populations d’ongulés sont en plein essor et que l’augmentation du trafic routier est régulière, il semble évident que le phénomène risque de s’amplifie au cours des années à venir.

Le risque de collision avec le sanglier est maximal en automne et en hiver, pendant les battues et au moment où l’activité des animaux est la plus intense (41 % des collisions ont lieu de septembre à novembre).

 

4.     Combien sont tués?

En France le nombre de sangliers tués par les chasseurs est passé de 50 000 en 1975 à 323 000 en 1997. Actuellement on en tue plus de 1300 sangliers par jour, soit près de 500 000 sangliers tués chaque année.

-Croissance du nombre de sangliers tués dans le Var -

Le coût de leurs dégâts, pour les cultures, en France dépasse les 50 millions d'euros annuels. 

Impact du sanglier en 2012 dans le Var

En 2012, les indemnisations aux agriculteurs se sont élevées à 1,648 millions d'euros, 3 fois plus qu'en 2011.

Plus d'un million d'euros a été versé aux viticulteurs.

L'indemnisation moyenne aux viticulteurs sur le Var est de 122.4 euros/hl. On peut donc estimer une perte de 8 500 hl. 

Le sanglier est donc responsable de 0,7% de la perte de récolte du Var en 2012.

 

5.     La réglementation

 6.     3 types de protection


•      Les répulsifs

-    Granulés ou liquide à diffusion progressive d’odeur répulsive

-    A épandre autour du terrain

-    Efficace de 3 à 4 mois

-    Un sachet de 5 L pour 50 m de long sur 3 m de large

-    Ne se dégrade pas par la pluie

-    Est réactif en présence d’humidité

-    Ne constitue pas un déchet pour l'environnement 


•       Les clôtures

-Clôture rigide -
-Clôture mailles souples -

-    Choisir de préférence un grillage soudé au pas de 50 mm

-    Hauteur 1 m minimum

-    Le plus important est de leur interdire de soulever le grillage

 

•       Les clôtures électrifiées

-    La clôture électrique en ruban est l'un des moyens le plus efficace pour assurer la protection des terrains contre les sangliers.    Elle s'adapte à vosbesoins, car le circuit électrique n'a pas besoin d'être fermé.

-    Vous pouvez donc l'utiliser en ligne droite simple, en L, ou bien faire tout le tour d'un terrain, etc...

-    Les sangliers, animaux prudents lorsqu'ils ne sont pas chassés, ne franchissent pas cette clôture : ils sont bien trop méfiants.

-    Dans des conditions normales, ils ne la sautent pas car elle s'apparente à un « mur électrique » dont ils ne comprennent pas le fonctionnement !

-    Cependant, il ne faut oublier que le sanglier reste un animal sauvage, et que poursuivi par un chien, ou s'il l'a vraiment décidé, il forcera n'importe quelle clôture à moins que ce ne soit un mur !

-   Si un marcassin passe, sa mère ira le chercher dans tous les cas…

CONSEILS:

Ø  Il faut placer au minimum 4 fils

Ø  Le fil du bas doit être à 15 cm du sol

Ø  Le second à 25cm puis 35cm et 50cm

Ø  Conseil: mettre le second fil à la terre

Ø  Le terrain doit être nettoyé fréquemment

Ø  Installer la meilleure mise à la terre possible