Bulletin d'information n° 44 publié le 02/03/2021

Bulletin d'information n° 44 publié le 02/03/2021

LETTRE D’INFORMATIONN° 44

--------------------------------------

 

Chers Amis, chers adhérents,

Ayant trouvé cette lettre de juillet1980 dans nos archives, nous avons voulu vous la communiquer et souligner les similitudes avec notre situation actuelle.

Nous l’enverrons ensuite aux résidents du Rayol-Canadel-Pramousquier et au conseil municipal.

Merci de nous excuser si vous la recevez deux fois.

Avec toutes nos amitiés.

Jean-Luc Tardy, Président de l’AARC.

 

Comment a été créé le Domaine du Rayol ?

Les similitudes avec notre situation actuelle

Comment rendre le Rayol encore plus séduisant pour demain ?

 

Chers Résidents du Rayol-Canadel-Pramousquier,

 

D’abord un peu d’histoire… Comment a été créé le Domaine du Rayol ?

Nous avons retrouvé dans nos archives un courrier de notre association, adressé à nos adhérents en juillet 1980. Et nous avons jugé intéressant de vous la communiquer (voir ci-dessous en annexe).

A cette époque, L’Association des Amis du Rayol-Canadel (L’AARC), refusait le programme de construction qui était prévu à la place occupée aujourd’hui parle Domaine du Rayol.

En relisant cette lettre de juillet 1980, nous avons constaté plusieurs similitudes entre la situation d’il y a quarante ans et celle que nous vivons aujourd’hui, et qui nous amène à nous opposer au projet municipal du cœur de village.

 

Aujourd’hui et demain… un cœur de village restauré, embelli, vivant, et reflétant l’âme du Rayol.

Décrivons dans les grandes lignes le projet que nous proposons, à l’opposé du projet municipal.

Notre concept : un superbe lieu de vie, de sport, de convivialité… et d’Histoire.

Notre solution : Une placette au niveau de la RD 559,une buvette et une salle de sport sous la placette, une terrasse extérieure sur une partie du tennis le plus haut, la restauration des 3 tennis du bas, un parking sur le terrain Morel et la restauration de la villa Morel, destinée à des logements sociaux indispensables.

Le projet municipal auquel nous nous opposons : La bétonisation du cœur de village par la construction d’une résidence seniors, de deux immeubles de logements et d’un parking massif en lieu et place des tennis et de la villa Morel historiques et caractéristiques du Rayol.

 

Quelles sont les similitudes entre les deux situations auxquelles l’AARC a été, et est contrainte de réagir pour défendre l’environnement exceptionnel de notre village et ses valeurs ?

Pour répondre à cette question, nous indiquons ci-dessous point par point, en italique, le texte extrait de la lettre de juillet 1980, suivi d’une analogie avec la situation présente :

1.      « La volonté de la population de refuser le développement d’une urbanisation incompatible avec le site »

C’est précisément ce que nous voulons faire : mobiliser la population du Rayol-Canadel pour qu’elle exprime librement ses choix, et contribue à une solution qui ne lui soit pas imposée.

Nous serons à l’écoute des habitants pour qu’ils améliorent notre projet, en particulier pour les activités sportives, permettant de rassembler les habitants dans un lieu attractif et convivial.

 

2.      « Comme tous les pays heureux, le Rayol Canadel n’avait pas d’histoire : personne ne s’occupait de l’avenir de ce site, qui allait devenir une préoccupation majeure »

Et depuis lors, le cœur du village est resté là, immobile, en friche, comme si ce statu quo imparfait le protégeait des catastrophes des communes alentour. Tous déploraient les tennis à l’abandon, certains avec une certaine nostalgie. Personne n’avait imaginé les remplacer, le jour où l’on s’attaquerait au sujet, par un énorme parking et par une résidence pour seniors !

Nous vivions donc heureux, insouciants jusqu’en 2016, date à laquelle la municipalité a conçu ce projet incompatible avec l’âme de notre village. L’AARC l’a immédiatement combattu et a été contrainte, ce qu’elle déplore, d’employer des procédures judiciaires devant l’absence de dialogue possible avec la municipalité.

 

3.      « L’avenir de ce site géré par des élus ayant totalement modifié leur politique »

En 2014,le programme électoral de l’équipe municipale avait, dans ses objectifs, la réhabilitation   des tennis du Rayol avec des opérations de marketing dont une relatée dans “La balle au bond”, des articles dans la presse locale et des informations adressées aux habitants du Rayol Canadel.

Au début de son élection en 2014, la municipalité était favorable à la réhabilitation des tennis sur la commune. Elle l’avait fait savoir par une vidéo sur You tube dont voici le lien : http://www.youtube.com/watch?v=_3MeOxn9Fv8&feature=youtu.be

Malheureusement, ces projets de réhabilitation des tennis, soutenus sans réserve par l’AARC, n’ont jamais été suivis d’effets…

 

4.      « La raison invoquée : apporter un complément hivernal d’activité »

Toujours revient ce même argument. Et qui pourrait s’y opposer ? L’AARC est évidemment d’accord pour apporter un complément d’activités tout au long de l’année. Mais pas en sacrifiant la beauté et le caractère naturel du village.

Nous avons consulté les commerçants du Rayol-Canadel sur notre credo : faire de ce cœur de village un lieu de rencontre et d’activités sportives (tennis, padel, jeux de boules, etc.) dans un cadre convivial.

Par son attractivité, il inciterait, non seulement les habitants du Rayol Canadel à se retrouver et à fréquenter les commerçants du village, mais également les visiteurs qui passent par le Rayol Canadel à s’arrêter, séduits par le charme naturel des lieux, la vue sur la mer omniprésente, et par la vibration joyeuse du village. C’est ainsi que les commerçants accroîtront leur clientèle.

 

5.      « La solution proposée : livrer le pays jusqu’ici réservé aux constructions individuelles, à l’urbanisation en collectif et aux promoteurs »

Là encore, la similitude est frappante car le projet de l’équipe municipale, la bétonisation du cœur de village, serait confié à une importante entreprise de construction qui réalise des chantiers à la chaîne.

6.      « Ce pays exceptionnel (c’est le POS qui le dit) après avoir miraculeusement échappé à l’appétit des promoteurs par la présence en bord de mer de trois grandes propriétés et une politique municipale menée sagement pendant des années serait irrémédiablement abimé. Une forêt peut brûler, c’est grave mais elle repousse, un ensemble immobilier demeure et en général vieillit mal »

Il y a urgence. La population du Rayol-Canadel doit se mobiliser très rapidement. En septembre 2021, il sera trop tard car le projet municipal avance très vite. Le parking et la résidence pour seniors dénatureront la beauté naturelle du site. Le Rayol sera défiguré à jamais.

Le silence et l’inaction sont la pire des solutions. Chacune, chacun doit se mobiliser pour nous aider à faire aboutir un projet alternatif, co-produit parles habitants du Rayol avec bien sûr la Mairie. Mais préservant en priorité le charme naturel du site.

 

7.      « La lettre ouverte de notre éminent Mac Avoy, s’adressant aux élus : « La solution aux problèmes posés par l’évolution du Rayol-Canadel, vous la trouverez avec notre aide enthousiaste. »

L’AARC doit reprendre le flambeau de ses prédécesseurs. Et faire sienne la formule de son illustre ancien, le peintre Mac Avoy dont une avenue porte le nom au Rayol.

L’équipe municipale peut compter sur l’enthousiasme de l’AARC pour définir un projet pour le cœur de village conforme à son image. De notre côté, nous comptons sur sa sagesse pour qu’elle montre le même courage que ses prédécesseurs en 1980,et qu’elle décide d’abandonner le projet actuel pour sauver l’âme et l’avenir du Rayol. Puisque son destin est entre ses mains.

 

Recevez, chers Résidents, toutes nos amitiés

 

Jean-Luc Tardy, Président de l’AARC, pour le Conseil d’Administration

Lettre de l’Association des Amis du Rayol en juillet 1980, à la page suivante