Bulletin d'information n° 35 publié le 16/10/2020

Bulletin d'information n° 35 publié le 16/10/2020

LETTRE D’INFORMATION N° 35

------------------------------------------------

 

Lettre d’information sur GONDWANA du 26 et 27 septembre 2020


 Chers Amis, 

Le dernier week-end de septembre, les 26 et 27 septembre 2020, je suis allé avec mon épouse à la 16ème édition de GONDWANA, la fête des plantes méditerranéennes organisée chaque année par le Domaine du Rayol. 

J’y avais été invité en qualité de président de l’AARC. Vous le savez, c’est en effet grâce à l’AARC que les projets de lotissement de la propriété Potez ont été annulés par le Conseil d’Etat   et que l’ensemble de cette propriété a pu être protégée par le Conservatoire du littoral qui l’a acquise en 1989.Depuis notre association bénéficie d’un siège permanent au sein du conseil d’administration de l’ADORA (Association du Domaine du Rayol qui gère le Domaine).

Mais j’y suis surtout allé avec mon épouse pour participer en tant que bénévole à l’accueil des visiteurs, et notamment leur présenter l’ADORA. Nous avons remarqué que beaucoup de personnes étaient très intéressées par ces explications et c’est la raison pour laquelle je vous adresse cette modeste note sur GONDWANA, sur le rôle de l’ADORA et du Conservatoire du littoral et comment nous avons vécu ces deux jours. Il s’agit tout simplement d’une information sur cette fête, sur l’ADORA et d’un témoignage personnel.

 Dès l’entrée du Domaine, il fallait franchir une barrière de sécurité, en raison de la pandémie sévissant dans la région ; nous nous sommes tout de suite sentis rassurés car pris en main sur le plan sanitaire.

Cet événement est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de jardin, tant pour la qualité des pépiniéristes etexposants présents que pour la programmation culturelle et festive renouvelée chaque année.


Au cœur du Jardin, des pépiniéristes collectionneurs proposent à la vente leurs plus beaux spécimens : arbustes et vivaces méditerranéens, cactées et succulentes, plantes aromatiques, tropicales et aquatiques, palmiers, acacias, fruitiers, orchidées, etc.

Pourquoi GONDWANA ? 

Je vous donne in-extenso, la définition de GONDWANA donnée par le Domaine du Rayol :

« Il y a 300 millions d’années, tous les continents étaient rassemblés en un vaste ensemble unique, la Pangée. Il y a plus de 200 millions d’années, cet énorme supercontinent commence à se dissocier en deux :  au nord, la Laurasie ; au sud, le Gondwana, continent unique du sud qui rassemble ce qu’on appelle aujourd’hui l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Inde, l’Australie, la Nouvelle-Zélande…Le Domaine du Rayol est ce jardin qui rassemble les plantes australes, originaires du Gondwana, autour desquelles sont associés les paysages méditerranéens de l’hémisphère nord. D’où ce nom donné à la fête des plantes du Domaine du Rayol. »

Ce jardin merveilleux et rassembleur de plantes de plusieurs continents et de nombreux pays a été créé par Gilles Clément, jardinier, paysagiste, botaniste, entomologiste, biologiste et écrivain français. Et ce qui frappe le plus les visiteurs, c’est la simplicité de ce jardin, cette harmonie générale qui fait que l’on s’y sent bien, apaisé et ressourcé.

Le samedi 26 septembre au matin, le mistral soufflait fort, il balayait le ciel qui prenait des couleurs bleues irréelles.
Nous avons été accueillis par Pascale et Julien qui se cramponnaient à leurs papiers soufflés par le vent malgré les pierres et les plombs décrochés de la ceinture de plongée d’Olivier, Directeur du domaine, plus efficaces que les pierres.
Ce fut un accueil très sympathique malgré ces petites péripéties et nous reçûmes nos badges de bénévoles pour aller aider Anne-Marie, Secrétaire Générale de l’association, au stand d’accueil qui se trouvait dans une tente blanche ayant elle aussi beaucoup de mal à résister au vent malgré d’importants contre poids.
Cet accueil consistait essentiellement à recevoir les visiteurs, leur expliquer le rôle de l’ADORA et si ils étaient intéressés à leur donner un formulaire pour s’inscrire comme membre du Domaine et profiter ainsi d’une entrée gratuite toute l’année. 
(Pour s’inscrire, télécharger le formulaire d’adhésion à l’adresse : https://www.domainedurayol.org/wp-content/uploads/2020/01/Adh%C3%A9sion-2020-bulletin.pdf).

Le stand d’accueil était situé au bas du grand escalier de l’hôtel de la mer sur l’esplanade, offrant une vue superbe sur la plage du Rayol, les caps Nègre et Bénat et les iles d’Or en toile de fond et rapprochées les unes des autres par le Mistral. 
Les visiteurs arrivés au stand d’accueil étaient déjà sous le charme de cet endroit magique par sa sérénité et sa beauté ; beaucoup d’entre eux venaient le matin pour acheter des plantes et profiter de l’après-midi pour se promener.
Précisons que sur les 50 exposants, il y avait plus d’une vingtaine de pépiniéristes, beaucoup de la région, mais aussi d’ailleurs, par exemple, un exposant qui vendait des plants d’agrumes s’était déplacé de la région de Perpignan.
Le nombre d’entrées a été de 1376 le samedi.

Deux conférences ont été données le samedi :
* A 14h30 : À l’écoute de la nature reine du confinement, avec Pascale Giraudet, Pr. Biologie, Dr. en Sciences Cognitives et Hervé Glotin, Pr. Bioacoustique, Dr. en Intelligence Artificielle. Leurs recherches au CNRS, Laboratoire d’Informatique et Systèmes de l’Université de Toulon, portent sur l’analyse du biosonar de cétacés et des vocalises de mammifères et d’oiseaux.
* A 16h : (Re)générations post-incendie au cap Lardier, quand la nature reprend ses droits, avec Pierre Lacosse, Inspecteur de l’environnement, secteur Cap Lardier – Pardigon, Parc national de Port-Croset Sylvia Lochon-Menseau, Conservatrice, Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles.

Nous avons abandonné l’accueil pour assister à ces deux conférences.
La première conférence m’a appris qu’il y avait des cachalots qui plongeaient dans les profondeurs d’une faille de 1.500 mètres, entre les iles et la côte, à la recherche de calamars géants. Ces cétacés utilisent un radar naturel pour se diriger dans l’opacité des profondeurs ; ils émettent un son et grâce à leur système d’écoute ils peuvent détecter leur environnement.
La deuxième conférence fut très intéressante car l’orateur était passionné par son vécu de l’incendie du Cap Lardier et nous a parfaitement expliqué ce désastre écologique avec tous ces magnifiques arbres calcinés et la manière dont la nature a repris ses droits dans le domaine végétal et animal. Après cet incendie, les déchets laissés par les personnes venues camper et déjeuner, enfouis sous la végétation, ont été mis à découvert et ont dû être évacués.

Le temps est toujours changeant en Méditerranée ; le dimanche 27septembre, il faisait un beau soleil sans le vent. Que du bonheur !
Ce beau temps a attiré plus de monde puisque 1740 personnes ont visité le jardin le dimanche.
Au total, 73 personnes ont été à la manœuvre le dimanche, les salariés, les services civiques, les stagiaires, les bénévoles, les intérimaires, sans oublier le Président de l’ADORA en personne. Cette organisation a été parfaite puisque le Domaine du Rayol a reçu les félicitations des gendarmes.
Pour l’anecdote, Nicolas, responsable développement et qualité du Domaine, qui avait sur lui un compteur de pas, a fait plus de 40 km sur le weekend !

Nous avons également assisté à la conférence du dimanche de 14h30 : 
Le jardin cosmique : Gilles Clément et le jardin comme modèle de la relation interspécifique. Conférence croisée d’Emanuele Coccia, Philosophe, maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et Gilles Clément, Paysagiste, ingénieur horticole, écrivain, jardinier, créateur du Jardin des Méditerranées, animée par Jean-Laurent Félizia, paysagiste, ancien chef jardinier du Domaine du Rayol, militant écologiste.
Il serait trop long de résumer cet échange très riche basé sur les relations entre les hommes et les végétaux de tous les continents et animé avec brio et humour par Jean-Laurent Félizia.
Cependant, je peux citer une anecdote d’Emanuele Coccia, professeur de nationalité italienne, montrant cette universalité ; il a demandé à l’auditoire de quelle nationalité était la Pizza. La réponse évidente donnée par tout le monde a été l’Italie.
Curieusement, cette nourriture que tout le monde considère sans hésitation comme italienne a pour origine le Liban pour sa pâte et l’Amérique du Sud pour la tomate. Il en va ainsi des hommes et des végétaux !
 
Sans oublier les nombreuses activités de GONDWANA : Causeries sous l’eucalyptus, Conseils de jardinage, Ateliers et animations pour adultes et enfants ainsi que des démonstrations (Fabrication de couteaux, Vannerie d’osier)etc.





Ces activités se sont déroulées dans la gaité, en partie créée par une ambiance musicale enjouée, discrète et mobile allant de lieu en lieu.

Mentionnons aussi les stands d’artisans et producteurs locaux : outils et accessoires de jardin, objets et décorations en terre cuite, en liège du Massif des Maures, sculptures en cuivre et verre, mobilier et gloriettes en fer forgé, miel et nougats, confitures, sirops, tisanes, textiles en feutre, etc.



J’espère vous avoir transmis et fait partager les très bons moments que nous avons vécus au cours de ces deux journées et pour terminer je voudrai vous donner quelques informations tirées du site de l’ADORA précisant le lien de cette association avec le Conservatoire du littoral ainsi que les principales caractéristiques de son organisation et de son fonctionnement.

Sur le site de l’ADORA (en bleu, ci-dessous)

Dès 1989, lorsque le Conservatoire du littoral achète au Rayol un domaine de 20 hectares en bord de mer, une association loi1901 à but non lucratif est créée avec l’accord et le soutien des collectivités, pour en assurer la gestion et la mise en valeur. Ainsi, est née l’Association du Domaine du Rayol, administrée et gérée par des bénévoles.
La structure associative est reconnue comme étant la mieux adaptée au fonctionnement du projet et au développement de ses activités grâce :
* à l’adhésion de ses membres aux valeurs portées par le Conservatoire du littoral et au projet de Jardin des Méditerranées proposé par Gilles Clément ;
* à la souplesse de fonctionnement que lui confère l’engagement de ses adhérents, qui apportent leur soutien bénévole pour la gestion du site et l’organisation des événements (concerts, fêtes de saison, Gondwana…).
Le partenariat entre le Conservatoire du littoral et l’Association du Domaine du Rayol est défini au sein d’une convention d’objectifs, renouvelée régulièrement, pour mettre en œuvre le projet de Jardin des Méditerranées de Gilles Clément, et gérer l’accueil du public pour une découverte pédagogique, naturaliste et culturelle du site.
Sa première mission se concentre sur le jardin, qui a reçu du Ministère de la Culture le label « Jardin remarquable ». Après les toutes premières années de création, l’association s’est attachée, d’une part, à conforter et à faire évoluer le projet dans le sens de la philosophie de Gilles Clément et, d’autre part, à lui donner du sens en mettant en évidence auprès des visiteurs le fait que les Jardins conçus comme un ensemble de paysages naturels méditerranéens sont destinés à une meilleure compréhension des phénomènes vitaux liés à ces milieux, en soulignant la responsabilité de l’homme dans la gestion de la nature.
L’association poursuit le développement de son action pédagogique, avec la mise en place d’activités adaptées (visites guidées, visites thématiques, colloques…), la structuration de l’accueil des scolaires et la formation des particuliers comme des professionnels à travers les Ateliers & Formations(reconnus Organisme de formation par l’Etat).
Des actions de communication nécessaires à la compréhension et la délivrance des messages aux visiteurs sont mises en place : expositions sur les« clés de compréhension du projet », sur le jardin marin et la protection du littoral, organisation d’événements (RDV aux Jardins, Journées du Patrimoine, fêtes de saisons), édition d’ouvrages sur le Domaine, création d’un site Internet, de supports de visite, etc.
Un pôle accueil performant a conduit à l’attribution au Domaine du Rayol de la marque « Qualité Tourisme » pour la qualité de son accueil.
Le fonctionnement de l’association
* L’association regroupe, en 2020, 75 membres actifs.
* Déclarée d’intérêt général, elle tient son assemblée générale chaque année, traditionnellement en juillet.
* Le Conseil d’Administration se réunit au moins chaque trimestre.
* Le Bureau se réunit au moins une fois par mois.
* L’équipe salariée comprend 28 personnes à l’année, la plupart en CDI et se dote de renforts du mois d’avril ou mois d’octobre.

Pour en savoir davantage sur l’ADORA, il suffit d’aller sur son site à l’adresse https://www.domainedurayol.org/un-siecle-dhistoire/lassociation-du-domaine-du-rayol/presentation-de-l-association/
En outre, vous pourrez télécharger le formulaire d’adhésion pour devenir membre de l’ADORA à l’adresse : https://www.domainedurayol.org/wp-content/uploads/2020/01/Adh%C3%A9sion-2020-bulletin.pdf.Cette inscription vous donnera droit à l’entrée gratuite au Domaine tout au long de l’année.

Recevez, chers Amis, l’assurance de mes sentiments distingués.

Jean-Luc Tardy
Président de l’Association des Amis du Rayol Canadel (AARC) 
Portable : 06 71 51 68 10